Ou comment dire du bien de son prochain ?

Numériser 3

 

Je commence toujours ma première séance de préparation à la confirmation par la "journée de la gentillesse". Une entrée en matière qui permet de connaître ses voisins avec un peu moins de superficialité. Et aussi d'apprendre à se connaître ce qui est important pour comprendre et aimer l'autre. "Aime-toi pour aimer ton prochain" et "Connais-toi toi même" nous dit Socrate. Donc la journée de la gentillesse est une bonne entrée en matière. Qui de surcroît interpelle souvent les lycéens qui se demandent où cela peut bien les emmener ? 

Cela permet parfois d'estomper les antagonismes qui peuvent affleurer dans une équipe constituée par des groupes d'amis d'horizons différents qui se jugent plus qu'ils ne se connaissent. Cela permet aussi et surtout de débuter avec les dons et les fruits de l'Esprit Saint d'une manière concrète. Parce que la journée de la gentillesse sert à ne se dire que des gentillesses ! Se lancer à la figure une vertu, un don, une qualité, les fruits de l'Esprit que c'est bon !!! 

Plutôt que de distribuer des fiches de renseignements classiques avec les demandes habituelles : nom, âge, lycée, baptême... cela permet d'accoler à la fiche de chacun les qualités que chacun pensent posséder. Cela entraîne échanges et commentaires. Chacun tentant de vérifier auprès de ses amis si la qualité qu'il s'ajuge est la bonne. Le débat parfois s'instaure. Certains ne voient que leurs défauts... Mais les fiches sont à faire circuler dans l'équipe, le principe étant que chacun puisse attribuer une ou plusieurs qualités à chacun des membres du groupe. Et là encore, ceux qui ne connaissent pas ou peu certains membres, vont demander conseil. Et le conseil est donné souvent avec beaucoup d'apropos par les amis. Ce qui génère encore un nouvel échange. On se regarde déjà beaucoup moins en chien de faïence ! 

Première des vertus de ce petit jeu : s'apercevoir qu'accoler à son prénom, on peut découvrir les qualités que les autres m'attribues. Le regard des autres changent mais j'ai souvent remarqué que ce jeu permet de prendre confiance en soi et les lycéens repartent avec leur fiche comme avec un trophée.

En plus de l'aspect pratique qui permet à l'animateur de connaître son groupe, on peut construire sa séance à partir de cette entrée en matière.

- Tous différents, tous avec des qualités différentes ou similaires mais les hommes sont faits pour construire ensemble. Construire ensemble l'Église, le monde, la maison commune, un groupe de confirmands...

- Ces qualités données à chacun constituent l'identité véritable du chrétien.

- Reconnaître en l'autre ce qui est bon, ce qui est sa part d'humanité parfaite, ce qui le rend proche de Dieu, ce qui le rend habité par l'Esprit de Dieu, c'est ainsi que l'on peut incarné l'Évangile.

- Humaniser l'homme est le message de l'Évangile. L'Évangile proposant aux hommes une manière divine d'être homme. Donc s'appliquer à voir dans son prochain, un frère de qualité, dotés des dons et des talents donnés par l'Esprit est le reconnaître comme homme parfait. C'est le regarder avec bonté. 

- Les fruits de l'Esprit : amour, joie, paix, patience, bienveillance, bonté, fidélité, douceur, maîtrise de soi. Partir de ces fruits pour abonder la liste et y associer toutes les qualités souhaitées.

La "journée de la gentillesse" évite la violence des mots, les invectives ou les propos peu sympas que chacun assènent un peu facilement sur les uns et les autres. J'ai souvent eu à constituer des équipes alors que certains ne voulaient pas participer parce que "machin" était là ou que le groupe ne lui plaisait pas ou parce qu'il pensait qu'un autre n'avait pas sa place parce qu'il n'allait jamais à la messe... 

Bref, une journée de la gentillesse n'est parfois pas inutile !

PS : c'est important de s'inclure dans la liste en faisant circuler sa propre fiche.

Numériser 1

 

© Plantu, Le Monde du 13 novembre 2012